Le processus de fabrication et les premiers copeaux

Savez-vous que dans certains pays scandinaves, les élèves ont des cours de menuiserie à l’école ?

Un rêve pour beaucoup d’entre nous qui sommes obligés de rechercher au milieu d’un bric-à-brac de connaissances parfois incohérentes.

Aujourd’hui, nous allons y mettre de l’ordre et utiliser notre travail de  planification, le temps passé dans l’atelier ne sera que du pur bonheur !

Aidez-moi à co-construire la suite

Une fois de plus, aidez-moi à mieux vous connaitre en répondant à cette simple question.

Quel déclic vous manque-t-il, pour oser basculer sur des réalisations défis?

Maintenant que vous avez répondu à cette question, je vous invite à voir la vidéo bonus 2.

Vous allez découvrir comment démultiplier les capacités de vos machines en leur ajoutant des montages d’usinage.

186 réponses

  1. Bonjour Samuel,
    lors du dégauchissage, ne faut-il pas préciser qu’il faut dégauchir le côté concave ? Car si on le fait sur le côté convexe, on ne va que l’accentuer, non ? (expériences perso). Mettre des cales ?
    Et lorsque qu’il y a un « S » (convexe + concave), comment s’y prend-on ?
    Merci pour toutes ces belles vidéos, toujours aussi pédagogiques !
    Régis

        1. Par contre, Samuel insiste dans la vidéo gratuite sur le fait que le guide de scie ne doit pas dépasser la moitié de la lame. Est-ce uniquement pour du débit de bois brut (qui peut encore avoir des tensions internes), ou bien est-ce toujours le cas, même lorsqu’on scie une pièce déjà dégauchie/rabotée ?

  2. le déclic tient toujours à du temps en plus mais surtout à une machine assez précise pour pouvoir réaliser ce type de projets. La maxi 26+ que j’avais offert à mon père est encore loin de tout ça .. et un investissement va devoir être le premier point de passage obligé

    1. Bonjour, je n’ai aussi qu’une lurem maxi26+. Tu penses que c’est vraiment mort pour faire quelque chose d’assez précis pour les exercices de la formation ? Car c’est aussi mon « déclic » (avec le temps dispo), et je n’ai pas pour l’instant les moyens d’investir dans un nouveau combiné…
      Bon copeaux.

  3. Mes machines manquent de précisions et le résultat m’empêche d’avancer. J’ai beaucoup de volonté et de persévérance mais pour dire vrais je perds un peu confiance lorsqu’il s’agit d’une réalisation sur mesure.

    1. Avez vous essayer de passer du temps à les régler? Même une machine comme la mienne peut être précise. Il faut lui consacrer du temps

  4. Bonjour Samuel et bravo pour ton lancement du nouveau cycle de formation avec la série vidéos/bonus
    Je me suis identifié et positionné dans mon cursus d’apprentissage et mes possibilités d’équipements

    Mon plaît est de pouvoir créer dessiner et réaliser des objets ou équipements pour aménager le mobilier de la maison
    J’ai aménagé mon mini garage en virant tout ce qui n’était pas bois
    Mon handicap est l’assemblage et la matière bois que je peux utiliser sans degau ni raboteuse
    Ma ‘´stationnaire’´ Est la Bosch GTX10 depuis 18 mois
    Ta vidéo sur les montages d’usinage est pour moi la seule solution pour améliorer les performances de ma machine et les possibilités d’usinage j’ai déjà le chariot de coupe qui ameliore bien des choses Il faut que je crée d’autres montages pour assembler
    Ou autres solutions?

  5. Bonsoir Samuel, dans la vidéo tu fais allusion a une vidéo concernant les lames de scies. Saurais tu me dire ou je pourrais la trouver?
    Merci d’avance et merci pour tout ce que tu nous apportes continue comme cela

      1. Merci beaucoup, mais malheureusement je n’arrive pas a joindre cette page
        elle reste blanche et rien ne se passe.

  6. Bonjour Samuel Merci pour ces conseils sur la sécurité. Une question reste toutefois en suspend, quant à la position du guide, lors du délignage. Tu annonces. ne jamais faire dépasser le guide au plus du milieu de la lame de scie( kick back). Pour autant je viens d’acheter une scie sous table Dewalt, et le guide dépasse la lame voire bien au delà. Est-ce-à dire que ces sortes de scies sous table, même avec un couteau diviseur, sont exclusivement pour les panneaux de bois ?

    1. Bonjour Laurence,
      il y a le guide parallèle qui fait tout la longueur de la table et il y a normalement un autre guide qui vient se fixer sur le précédent et la on peut ajuster sa position jusqu’à la moitié de la lame de scie
      Voila j’espère avoir pu t’aider

      Greg

  7. Bonjour Samuel
    Tes vidéos sont toujours exceptionnelles, tant en qualité de réalisation qu’au point de vue pédagogique !
    Concernant les serre-joints à queue d’aronde, j’ai une question : sont ce les mêmes dimensions que les Festool ? En effet, comme beaucoup de boiseux je pense, j’en ai une paire, et comme ceux de ton lien sont épuisés pour le moment… (et que je vais avoir besoin d’un gabarit pour « allonger » mon chariot de SAF…)
    Merci pour ce cours qui donne envie d’aller plus loin (même si je ne suis plus vraiment débutant)
    Frédéric

    1. Il sont proche mais non identique, il faudrait donne un petit coup de meuleuse dans les festool pour leur donner un profil en V et les adapter a une fraise en queue d’à ronde
      Mais après ils ne seront plus adaptés au t-track

  8. Bonjour Samuel,
    une petite question concernant le gabarit, j’ai la même machine et le chariot est légèrement supérieur à la table de scie (~1mm). Donc comment as-tu fait ? as tu aligné ton chariot avec la table? sur quelle surface tu prends appui ?
    Merci

    1. Pour le délignage, la précision n’est pas énorme donc un décalage est acceptable.
      J’ai cependant presque aligné mon chariot avec la table. La règle en alu est surélevée par deux rondelle pour ne pas frotter

  9. Salut pour ma part c’est impossible d’avoir une machine stationnaire car j’ai seulement une réserve au sous-sol dans mon immeuble. Juste de l’électro portatif est possible même si je suis encore limité en place. J’envisage plutôt un mix de manuel et éléctroportatif pour minimiser le bruit avec mes voisins. Sinon je pourrais aller à un atelier communautaire qui a ses machines à Montréal en partage. Cependant mes jumeaux ont encore besoin de moi car ils ont que 21 mois. En 2023 je devrais pouvoir trouver plus de temps pour faire mes meubles.

    Quand j’aurais une maison c’est pas mal sûr que j’aurais un atelier avec une combinée. Surement dans les 5 prochaines années max.

  10. Salut Samuel,
    Grand merci pour tes cours
    Je ne me lance pas pour 2 raison, un manque de temps car sur d’autre chantiers dans la maison. Et … je n’ai pas de machine combinée :-p
    En revanche, j’ai de l’électroportatif, tous le tour du ventre. J’envisageais de créer un table pour scie et défonceuse dans un avenir … pas trop lointain.

  11. En France aussi, dans les années 60, nous avions des cours de menuiserie (outils à main, dont rabot manuel) ou de reliure, en 4ème et 3ème, les samedis matin.
    Vu que je n’aimais pas le professeur qui dispensais ce cours, je n’y étais malheureusement pas très assidu à l’époque. Je le regrette aujourd’hui.

    1. Effectivement jusqu’à la troisième cela existait mais c’était assez dévalorisé par rapport aux autres enseignements. Ces cours étaient aussi fait pas des profs pas du tout pédagogues, du moins dans mon expérience. Une erreur était pénalisante… Et puis c’était un aperçu du lycée technique où il ne fallait pas aller…

  12. tu dis que les élèves des pays scandinaves ont des cours de menuiserie.

    En 1960 à l’université du Travail de Charleroi en Belgique, en première année secondaire nous avions 3 mois de cours de menuiserie.

    C’est court mais ça nous donnait l’opportunité de choisir cette voie dans les années suivantes.

  13. Bonjour Samuel
    Merci beaucoup pour ces moments qui donnent envie de se lancer.
    Toutefois, pour rejoindre Guillaume et Laurent, est il possible de réaliser ces assemblages avec une scie sur table et une défonceuse.
    Je n’ai pas la place ni les moyens actuellement d’acquérir une combinée.
    Merci à toi et à bientôt

    1. oui, naturellement mais pour cela il faut des gabarits pour faire les tenons avec la scie sous table par exemple et la mortaise avec la défonceuse . Mais cela fait partie de la formation FDFMM1 qui ouvre ses portes aux environs d’avril 2022

  14. Bonjour,
    Merci pour cette vidéo je rejoins ce que dit Laurent dans son commentaire :
    https://fdfmm.com/votre-atelier-gratuit/video-n2/#comments/615
    Peux tu nous donner des indications concernant ce type de montage sans machine comme la tienne. Je suppose que l’on peut le faire avec une scie sous table surtout pour la partie tenon (un peu plus long mais réalisable facilement et en sécurité), par contre la mortaise sur un chant pas épais avec un foret à mortaise (je sais pas si c’est le bon mot), du coup c’est lui qui va définir l’épaisseur de notre tenon. Ou autre solution avec une fraiseuse et se faire un gabarit ?
    Merci pour tes lumières également sur le type de crayon / craie que t’utilises.
    A bientôt

  15. Cher Sam,
    Encore un vrai et précieux moment de plaisir que cette 2ème vidéo…
    Le déclic ? J’ai une machine similaire à la tienne (Lurem Former RL 310) acquise il y aune quinzaine d’année pour façonner le plancher en chêne de ma maison. Et je me suis arrêté là, après quelques assemblages approximatifs sans le moment magique du montage à blanc. Alors pour repartir ou plutôt pour « partir », il faudrait que je révise le vocabulaire de base de menuiserie pour être à l’aise et te suivre: tenons, mortaise, feuillure, profil, contreprofil, parement, ravancement, etc. Ce vocabulaire, évident pour certain, n’est l’est pas encore complètement pour moi (j’ai eu un peu de mal à te suivre sur la vidéo de Sketchup à cause de cela). J’ai une collection des vieux ouvrages de Bruno Meyer qui vont m’aider…
    Donc après la résolution du rangement de l’atelier, je prends celle de la révision du vocabulaire !
    Belle soirée.
    Jean-Michel

  16. Bonsoir Samuel, merci beaucoup une nouvelle fois pour cette superbe réalisation. La pédagogie est au top, ça a l’air tellement facile quand on te regarde travailler. J’ai peut-être loupé quelque chose, mais je ne suis pas sure que tu ai précisé les surcotes quand on fait le débit du massif et qu’il fallait que les outils de toupie aient l’indication manuel, quand on n’utilise pas d’entraineur, même si avec les montages d’usinages et les sécurités le risque est moindre. Merci encore pour tout ce que tu fais.

  17. Bonjour Samuel,

    Oui, je rêve de ce moment magique où tout s’assemble parfaitement! Alors merci pour cette super vidéo, qui au delà de me donner pleins de conseils dans un ordre logique, me fait rêver encore un peu à travers ta maitrise ….

    A défaut d’avoir une toupie (et la place pour une combinée), j’ai retenu pour l’instant dans mon atelier en cours d’aménagement une circulaire sur table et une défonceuse, avec un établi wolfcraft pour la monter dessous ( et le guide wolfcraft avec les presseurs pour travailler en sécurité, pas encore essayé).

    Ma première question: vaut-il mieux que j’essaie de fabriquer les tenons à la défonceuse, ou bien à la circulaire?

    Et deuxième question: vais-je arriver à réaliser les mortaises avec une précision suffisante à la défonceuse?

    Sinon, autres questions concernant le marquage: à quoi bon marquer lors du débit, alors que tout s’efface lors du corroyage? Et avec quel type de crayons/craies inscris-tu les marques vertes?

    Un grand merci en tout cas de tenter de nous transmettre ainsi l’essentiel, j’ai pris un peu de retard au démarrage, je compte sur ce WE pour me rattraper, alors j’y retourne vite,

    Laurent

  18. bonjour et merci pour ces vidéos très pédagogiques 🙂
    ce qui me bloque pour passer sur la toupie: être sûre que les plaquettes des fers de toupie soit bien installés, correctement installer le fer sur la toupie, suffisamment serrer pour éviter tout risque.
    idéalement j’aimerai être accompagnée au moins une fois sur mon combiné…
    merci et bons copeaux

    1. Bonjour Alison,
      Sam aborde ces questions dans la formation complète, un peu comme s’il est à coté de toi pour tout t’expliquer

  19. Bonjour Samuel
    C’est le deuxième cours que je suis après le tabouret, je vais essayé d’être plus assidu.
    ce qui me bloque aujourd’hui , j’en ai déjà parlé dans le forum, c’est qu’ on m’a donné la même machine que toi , qu’il faut que je remette un peu en état, il me manque des pièces de sécurités, comme le capot de la scie , des poignées de serrage qui sont cassées, une pièce de maintien de la lame de scie que j’ai remplacé par du bricolage , mais la lame n’est pas parfaitement alignée, etc … bref pour travailler dans de bonne condition , je cherche l’adresse d’un revendeur de pièces détachées pour une Robland X310 , pour l’instant je n’ai rien trouvé sur internet.
    En attendant je prépare les pièces d’usinages , je viens de recevoir les serres joints pour continuer le travail préparatoire.
    Un grand merci pour les cours , j’y retourne de ce pas , j’ai du retard

    Olivier

  20. Bonsoir a vous Samuel et bien voilà mon premier travail c des serre joints dormant pour consevoir le plateaux de l’établis et oui il va faire 1000 x 3000 et les pieds sa sera avec des mortèse et tenons le bois du résineux tout venant de palettes pour les début c bon mais avec finition comme il ce dois j’ai fait l’accisission d’une dégauchisseuse un petit modèle pour débuter car après c des étagère pour rangée tout ce qui sera possible et ce qui pourrait servir plus tard on oublie tout ce petit bout de bois stocker ici et là hhhh et oui il faut vider aux max pour trouver de la place car j’ai des vue sur une combiné avec une largeur de d’ego de 400 de large oui c du lourd et tout en fonte c’était une de scierie qui change pour du moderne tout bon pour moi qui début avec une qui a eux des kilomètres mais toujours fringante voilà pour les début de l’atelier et une foi tout ranger la c l’escalier et toute les surprise qui en découle merci bcp a vous et a Leila pour votre s’impatie et l’efficacité de la réaction vu aux problème rencontrée belle continuation et longue vie a votre boulot et a toute l’équipe formidable

  21. Bonsoir à tous, je possède une scie toupie, mais je dois avouer ne jamais avoir utilisé la toupie.
    Je n’en ai pas peur, loin de là, mais j’ai toujours contourné sont utilisation avec scie, défonceuse , etc…
    Il faudrait que je regarde l’outillage dont je dispose afin de d’essayer ça. A ce propos, ce serait peut être bien d’en parler, des outils de toupie utilisés pour les tenons et feuillure que tu as réalisé.

  22. C’est pas malheureusement juste un déclic, je souhaite déjà dans un premier temps maitriser le dessin sur informatique des pièces à créer, je pense être plus doué pour leur fabrication que pour le dessin en DAO.
    Bien à toi
    Didier

  23. Bonjour Samuel,
    Je vois dans ta vidéo que tu porte des manches longues , hors travailler avec celles-ci n’est pas sécuritaire.
    Cela m’est arrivé une seule fois que ma manche à été attrapée par les fers de la dégau et heureusement elle s’est déchirée. Depuis je travail en manche courte. J’ai eut une peur bleu.
    Cordialement Jean-Marie

    1. Tu remarqueras que mes manches sont longues mais moulante, ceci dit tu as parfaitement raison il faut faire attention aux vêtements longs et amples

  24. Samuel quand je vois tes étapes tes essais avec une martyr je comprends mieux, entre conception et réalisation.

  25. Bonjour Samuel et à tous!
    Coup de coeur quand je suis tombé sur tes vidéos sur youtube.
    Le côté perfectionniste et jusqu’enboutiste qui fascine. Et surtout le résultat qui est là!
    Mon père c’est formé en mécanique et menuiserie dans sa jeunesse et à investi il y a de nombreuses années dans un combiné Lurem C266. Au fil du temps, elle a perdue en précision (guide pas forcément perpendiculaires, du jeu,…).
    – Bref une machine qui fonctionne mais comment lui donner peau neuve?
    – Je suis également tombé dans la soudure. Le travail du métal m’intéresse tout autant (également niveau débutant). Merci pour tes vidéos sketchup. J’ai perdu beaucoup de temps ou je vais en gagner beaucoup…

    1. Vu que tu travailles le métal, tu vas pouvoir redonner un coup de jeune à ta machine. Je ne suis pas mécanicien mais une bonne lame des tables aligner des guides perpendiculaire des chariots qui coulisse parallèlement toutes ces petites choses permettent de rerendre vie à une ancienne machine

  26. Bonjour à tous,
    Petit complément de réponse à la fameuse question. Je me sens freiné par ma peur de mal faire.
    Je crains beaucoup de gaspiller de la matière (panneau ou plus encore du bois massif).
    Pourrais-tu faire un point sur l’édition de la fiche de débit et le débit à proprement parler ? Quelles pièces ? dans quel ordre ? avec quelles marges ?
    Merci d’avance.
    A bientôt

  27. Bonjour
    Dans un premier temps, merci pour toutes ces explications très claires et très concrètes.
    Ce qui m empêche d avancer c’est l’absence de machine stationnaire.
    Je me suis quand même inscrit pour voir les techniques de travail et toutes ces choses que tu expliques bien mieux que moi.
    Par contre, j ai une scie sur table que je voudrais adapter au mieux alors si tu as des montages d usinage qui peuvent aider….
    Encore merci du partage de ta passion.
    Joyeux copeaux à tous.
    Sebastien.

  28. Bonsoir Sam.
    C’est claire qu’on voit l’expérience des sales de cours ^_^.
    J’avais jamais réussi à suivre une des séries précédentes (problème d’inscription, non réception des mails, etc), donc là je suis content 🙂 En plus, c’est la version inédite « Sam en pull et écharpe » !

    Mais enfin, Sam, on ne garde pas l’obier. Il va falloir perdre les habitudes des bois exotiques X’D
    C’est une règle de l’art pratiquée depuis au moins saint Louis et écrite noir sur blanc dans nos statuts depuis le XIIIe siècle. D’une part il ne prend pas la teinte de la finition de la même manière que le bois parfait, d’autre part il ne vieillit pas pareil, et enfin, sa réserve de sucre est un aimant idéal pour les petites bêtes.
    Bon, c’est pas grave, dans un an tu nous refais une série de vidéo avec de nouvelles techniques pour refaire les portes ^_^

  29. Bonsoir Samuel. Je découvre depuis cette semaine tes cours et je commence à les apprécier. Ils sont bien conçus et didactiques. Je te trouve aussi très sympa. Je voulais le dire. Pour revenir à ta question, c’est avant tout un problème matériel et d’organisation: grâce à la première vidéo, je commence à voir comment organiser l’espace de mon atelier. C’est avant tout le degré d’utilisation des espaces qui m’a aidé. Je dois donc installer cet atelier qui pour l’instant ne l’est pas. Je voudrais ensuite fabriquer une table pour y placer la défonceuse en dessous. Ce que j’ai vu dans ta vidéo me donne des idées. Enfin pour m’y mettre je dois dégager du temps, ce qui m’est impossible là tout de suite. Mais bientôt je concrétiserai tout cela. Voilà Merci. Philippe

  30. Bonjour je prends le cour en retard … mon commentaire c’est que j’ai hâte de voir les gabarit d’usinage pour pouvoir plus faire des travaux répétitifs

  31. Bonjour Samuel,

    D’abord merci de prendre le temps de nous partager ton savoir faire d’une manière très pédagogique.

    Aujourd’hui j’ai une kity sur table qui j’espère devrait me convenir pour mes projets à venir.
    Ce qui m’empêche d’aller plus loin en ce moment concerne le réglage des machines et/ou la vitesse de déplacement du bois.
    Par exemple, comment choisir la profondeur du premier rabotage, quelle profondeur pour la toupie? A quelle vitesse je dois déplacer ma pièce de bois sur l’outil?

    J’ai hâte de découvrir les futurs vidéo.

    Renaud

  32. bonsoir samuel,
    Les mesures, je suis sur et certain que le tenon sera trop court trop long etc, les cotes en fait, la vision globale de toutes ces différentes mesures, je ne sais pas si j’ai été clair…

  33. bonsoir Sam,
    la machine je l’ai depuis 10 ans maintenant , ce qui me manque c’est pas tellement la place ( faudrait certainement me défaire de quelques affaires de récup…) mais le temps … metier trés prenant pendant une bonne partie de l’année auquel il faut ajouter des engagements « sociétaux »… mais petit à petit je reviens au travail du bois pour tout ce que tu decris dans ta vidéo… et je te remercie pour ce que tu fais car cela m’aide beaucoup.

  34. Une superbe vidéo ( comme toujours!). Merci Samuel.
    Petite question : est-ce que sur ton site les vidéos resteront disponible en bibliothèque ?
    J’ai beaucoup apprécié tes explications pour le travail à la toupie.
    Jean-Paul

  35. Bonsoir Samuel,

    J’ai quelques questions sur la vidéo bonus 2:
    J’ai pu retrouver les serres joints pour Queue d’aronde, mais je souvaiterai savoir s’ils seraient également compatible avec des T-track (si oui de quelle taille, 17 ou 19 mm) et/ou avec des rails de guidage de scie? (Un makita au hasard 🙂 )
    D’autre part, tu donnes 2 liens sous la videos bonus 2 vers des rails T-track, un en 17mm et un en 19mm, y a t’il une largeur plus rependue que l’autre ou y a t’il un usage spécifique de telle ou telle largeur?

    Merci d’avance!
    A+
    Thomas

    1. Les deux t track sont compatible serre joint makita festool…. Par contre les serre join a queues-d’aronde ne sont pas compatible t track

  36. Bonsoir Samuel,
    Super vidéo, je ne suis pas gêné par le passage à la toupie, ce qui me gène c’est la réalisation des mortaises. En effet je ne possède pas de mortaiseuse, actuellement je les réalise sur ma perceuse à colonne et finition au ciseau à bois.

      1. Oui, merci de ta réponse.
        Tu as tout à fait raison, j’en ai fait quelques une à la défonceuse mais ce qui me gène toujours c’est sa stabilité, il faut toujours faire un calage complémentaire pour l’obtenir et aussi le problème de la profondeur de la mortaise .
        Ta solution avec la table de mortaisage est bien meilleure car moins de manipulations. Malheureusement, sur ma raboteuse-dégauchisseuse RAD 260 LEMAN je ne dispose pas de ce dispositif bien qu’il y ait une sortie filetée. Il faut que je fasse des recherches sur une possibilité d’adaptation d’une table de mortaisage sur cette machine.
        Encore une fois merci pour tous ces moments que tu nous fais vivre, je vais avoir quelques difficultés pour suivre assidûment la formation car je vais subir une opération de la prostate à partir du 24/11/21.
        Cordialement

  37. Salut Samuel, on te voit déligner, dégauchir et raboter …
    Pourrais-tu nous expliquer dans quel sens tu passes ton bois dans toutes ces étapes ? Je pense notamment au fibre du bois pour éviter d’avoir de l’arrachement .En délignage y a-t-il une importance sur le sens du plateau ou de la planche. Si on s’imagine la planche comme étant encore un élément du tronc il y a le pied et la tête du tronc, tu delignes la planche en attaquant par la tête ou le pied? Phénomène de resserrement plus prononcé dans un sens ou l’autre ?
    Amicalement Cédric 🌳

    1. Il y a deux contraintes au dégauchissage: le creux de la pièce vers la table de façon à ce qu’elle soit en appui sur l’avant et l’arrière et le fil dans le bon sens, c’est à dire le fil vu sur le chant ( la tranche) « descend » de l’avant vers l’arrière.

  38. Salut Sam

    Encore un épisode de formation super enrichissant !
    Ce qui me freine le plus est que je n’ai pas encore pu m’équiper d’une telle machine…
    J’ai néanmoins accès à une mais pas forcément quand je veux ce qui est déjà pas mal.
    En revanche, l’envie de l’utiliser monte de façon exponentiel !

    On ne lâche rien Sam promis !

    A+

  39. Bonjour Samuel,
    Ce qui me bloque à la toupie ? Ben c’est simplement le prix des outils… Et comme il y a toujours quelques chose de plus important …. Donc peu de matériel pour cette machine. Alors je fait soit avec la toupie sous table (maison), soit à la scie circulaire avec un montage d’usinage (là aussi maison).
    Mais à voir cette vidéo : quelle facilité de travail pour un résultat … parfait..Encore merci.

    1. Pour la toupie:
      La base: plateau à tenonner et feuillurer, outil à bouveter ( peigne), fraise à rainer extensible.
      Ensuite: outil multipentes, porte-outil 50mm avec quelques fers, outil pour assemblage d’onglet.
      On peut démarrer aussi avec des outils profil et contreprofil si on envisage des portes de placard ou intérieures.

  40. Bonjour Samuel,
    Un grand merci pour ce cours gratuit.
    De façon à avoir un process uniforme. Pour les mortaises tu as tracé sur le bois la longueur (Hauteur du tenon, la plus grande côte).
    Puis positionné les butées de part et d’autre pour régler la course. Comment bien positionner le bois par rapport à la table de façon que l’on tombe toujours bien dans « la fenêtre » réglée pour le mortaisage ?
    Mon premier réflexe serait de le faire à l’oeuil en faisant coïncider le trait par rapport au bord de la mèche.
    Mais par expérience je sais que ceci manque de précision.

    Rien qu’à voir le montage à blanc, j’ai ressenti ce plaisir que l’on éprouve quand tout s’assemble avec précision, sans jeu, sans dépassement, sans ré ajustage.
    Chose que je n’ai pas réussi à faire systématiquement par manque de bons réglage, de méthodologie et de rigueur. Sans parler du respect d’une ligne directrice.

    Merci

  41. Bonjour Samuel,

    1- Quelle est l’épaisseur de bois mini pour envisager ce type d’assemblage ? Ou, existe t’il un type d’assemblage préférentiel en fonction de l’épaisseur du bois/type de bois ? Surtout pour des épaisseurs faibles… J’espère être clair ???

    2- tu abordes le sens de la fibre en ce qui concerne la rabo/dégo… Donc il y a un bon et un mauvais sens… Désolé, mais peux tu préciser quel est le bon sens 😉

    Un grand merci pour ton sens de la pédagogie et le soin que tu apportes au tournage ainsi qu’à la qualité des images… Cela pourrais paraître secondaire mais une belle lumière qui permet de révéler la beauté de la fibre d’un morceau de bois participe, en ce qui me concerne, à la concrétisation du rêve « d’un menuisier en herbe » !
    c’est juste beau…

  42. Bonjour Samuel,

    Merci pour cette vidéo très instructive.

    L’obstacle principal de mon côté c’est que je n’ai pas de combiné, et donc pas de toupie comme la tienne 🙁
    J’ai une défonceuse sous table, mais elle est sous-dimensionné (et le guide est de guingois, il faut que je le rectifie).
    Quels conseils donnerais-tu à un menuisier amateur comme moi qui n’a qu’une scie sous table comme « meilleur » matériel ?

  43. Bonjour Samuel je n’ai pas de blocage, mais je me cultive et enrichie de vos vidéo, j’avais jusqu’a maintenant coupe la bonne longueur des assemblage avant de faire les tenons et mortaises sur les pièces longues, ce qui m’as engendré bien des erreurs, merci c’est un vrai bonheur, je bricole avec mon vieux papa de 91 ans, et maintenant il n’utilise plus notre combi Lurem, c’est moi qui m’en occupe, mais comme le dit la vie, je reproduit les mêmes erreurs !!!!
    vivement la prochaine vidéo……
    A bientôt
    Daniel

  44. Bonjour Samuel,
    pour l’instant ce qui me bloque est que mon combi est pas encore en service le technicien vient semaine 47 donc après je vais réalise mes premiers pas sur combi en fabricant une lucarne comme a peut près ton assemblage.

  45. Salut Samuel!

    Au top tes vidéos, ça donne envie! De mon coté pas de combiné bois, j’ai une scie sous table, un radiale, une raboteuse et de l’électroportatif. Pour cet exemple de porte il me manque la dégau et la mortaiseuse.

    En tout cas merci pour le partage et les astuces.

    Il manque quelques CQFD pour un ancien prof de math 😉

    à très vite.

    Quentin.

    1. Je suis dans le même cas que toi, à ceci près que j’ai une rabo/dégau, mais pas de combiné. J’ai investi dans une bonne scie sous table récemment donc l’achat d’un combiné ce n’est pas pour tout de suite (et ça me fait rêver).

  46. Bonjour et merci pour cette super formation,
    mon problème c’est la précision ! et pour cet exercice pas de mortaiseuse !
    Jluc

  47. Bonjour samuel
    Tout d’abord merci pour le partage de ton savoir
    Tes vidéos sont vraiment très bien faites.

    Pour ma part j’attends d’avoir finalisé l’achat de ma maison entièrement a rénover dans laquelle j’aurais enfin un atelier avec la place nécessaire
    Je suis menuisier de formation j’ai passé un cap menuisier fabriquant malheureusement les aléas de la vie ont fait que je n’ai pas continué dans ce domaine j’ai été charpentier pendant 4 ans
    Et depuis je suis dans le transport
    Je suis extrêmement passionné par le travail du bois depuis toujours et je compte réellement a l’avenir m’y remettre
    En attendant mon atelier je me suis équipé petit a petit une petite scie a ruban, une scie sous table quelque electroportatif scie plongeante defonceuse ainsi que defonceuse installé sous table
    Une domino et une lamelleuse
    Et biensur pas mal d’outils manuels.

    Je tenais a suivre ta formation pour reprendre les bases depuis le début afin de pouvoir reprendre sereinement en tout sécurité.

    Encore une fois merci a toi pour ton partage.

  48. Bonjour Samuel,
    Je suis inscrite à un atelier bois pour apprendre. J’ai chez moi déjà une scie sauteuse, une défonceuse et une scie circulaire que j’ai déjà utilisées, je viens de faire un coffre mais sans mortaises et tenons, juste avec des lamellos car ils ont cette machine sur place. Je n’ai pas de machine à bois, je verrai plus tard…. Pour l’instant je vais à l’atelier où ils sont bien équipés. Je compte bien apprendre plein de choses. Merci pour ton cours qui est très détaillé.

    1. Une combinée n’est intéressante que pour le bois massif. Si on travaille des panneaux elle est inutile.

  49. Salut
    Je te remercie pour ce nouveau cours
    Pour avoir déjà réalisé ces étapes j’ai 1 petite remarque
    Pour le corroyage j’ai l’habitude de ne pas totalement blanchir les pièces mais juste obtenir des appuis stables pour la raboteuse ensuite à la raboteuse j’alterne le rabotage pour avoir 2 faces bien propre.
    à Bientôt

  50. Le manque de précision dans l’ajustement des outils. C’est là ma grande difficulté.

    1. Pareil pour moi.
      Malgré tout, je viens de finaliser mon première usinage et je coupe (enfin!) droit… Je teste un assemblage demain pour voir si je suis parfaitement à l’équerre.

  51. Bonsoir Samuel,

    Pour ma part, j’ai deja un combiné a bois, avec une toupie qui me fait peur.
    Un père menuisier qui m’a expliqué dans les grandes lignes comment se servir de la toupie.
    Cependant je n’ose pas.
    Je n’ai pas d’outils a monter dessus qui soit sécuritaire.

    J’ai aussi l’impression de manquer de précision sur toutes les machines que j’utilise… defonceuse sous table ou a la main, scie a onglet, scie sous table, ponceuse, rabots manuels… bref, en vidéo c’est superbe, en réalité c’est bien souvent plus fastidieux… j’arrive a des resultats potables, en ponçant les defauts, bouchant les désafleurs… mais rien de bien précis.
    Je compte sur ta formation pour me permettre de comprendre mes erreurs.
    Merci pour tout se que tu fait, je suis fan de ton travail.

  52. Décider et accepter de consacrer suffisamment de temps à ces réalisations bois en mettant de coté, provisoirement, les nombreuses autres contraintes

  53. Bonjour Samuel, Avec le logiciel sketchup si le fais un rectangle par exemple comment je peux mettre mes dimensions avec l’outil mesure?
    Merci

  54. Bonjour,
    Toujours un plaisir de t’écouter/te voir travailler, tu as vraiment quelque chose d’apaisant :o.

    De mon côté, j’ai acheté un combine à bon prix (besoin de quelque chose de pas trop trop lourd).
    J ai donc acheté un lurem maxi 26. Il est cependant dur à regler (surtout la partie degau) de plus, il manque de protection (a refaire). Pas d’accessoire pour la toupie (donc a m équiper mais compliqué malgré tout le choix disponible) pareil pour la partie tenons.

    De plus, j ai l impression que j ai alourdi mon atelier, acheté trop de machines (un combine 5 opérations, une scie sur table réversible/scie onglet….) je pense vraiment trié pour retrouver un espace cohérent. (pas évident non plus de réaménager l atelier sachant que je suis en travaux et il permet aussi de stocker mon matériel pour ma maison…)

    Je vais vraiment prendre le temps de confectionner les guides, essayer de trouver un appuie cohérent (manque de rainure) trouver un système avec les serres joints (ceux présentés sont cool mais je trouve que le prix est injustifié…)

    J espère que les vidéos présentées resteront visibles un moment (dire de pouvoir les mettre en application en fonction du temps réellement disponible). Car il ne faut pas se le cacher, le plus long, reste à trouver les idées.

    Encore merci pour tes conseils, ton dévouement et ta passion !

  55. Bonjour, pour ma part ce qui me bloque c’est que je pense ne pas avoir encore compris assez de chose de base pour faire correctement. J’entend pas là les regles de sécurité (il y a encore 8 mois je n’aurais pas utilisé une scie sur table ou une tronçonneuse, une disqueuse… tout ce qui tourne vite me fait dire ‘maitrise la theorie’ avant de pratiquer), et les termes specifiques au travail du bois ( j’ai quasi pas compris le bonus 2 uniquement à cause des enchainements de termes techniques parfois utilisés en bloc de 5 d’affilée. Et pourtant tu ne manque pas de pédagogie). Mais j’abandonne pas ça viendra. J’ai hate de faire des mega gîtes à oiseaux et chauves-souris bien plus qualitatifs que ceux que j’ai réalisé pour la premiere fois cette année avec ces machines qui me font flipper.

  56. Je vais encore une fois répondre à côté de la plaque, puisque j’ai déjà osé à plusieurs reprises me lancer dans des réalisations défis.
    Mais je l’ai souvent fait avec la confiance du néophyte qui y va sans se poser de questions, parce que je n’avais pas encore pris conscience de toutes les petites difficultés qui m’attendaient, je n’avais pas non plus encore réalisé à quel point je pouvais améliorer facilement la qualité de mes réalisations en suivant un cours comme celui-ci (oui, même si je n’ai pas encore démarré la toupie je suis à fond, et j’ai déjà un projet de porte de meuble, faut juste que je finisse le meuble avant)

  57. Bonjour Samuel, moi il me manque la place et le matériel lol. Mais un jour peut être. En tout cas c’est toujours agréable de voir le soin que tu portes à toutes tes réalisations. C est un réel plaisir de voir comment tu travailles.
    Merci pour cette formation j apprends énormément de choses.

  58. Bonsoir Samuel,
    Merci pour cette nouvelle vidéo enrichissante.
    Pour la conception de meubles, je pense que ce serait intéressant de connaître les sections « standards » notamment des montants, des traverses, des tenons, des mortaises, des moulures … si elles existent ???
    Cela nous permettrait de connaître les outils de base pour la toupie.
    Nous aurions également une idée de la quincaillerie que nous pourrions utiliser. J’imagine qu’en fonction des épaisseurs, les contraintes mécaniques ne sont pas les mêmes et la quincaillerie doit changer. A ce propos, j’aimerai bien un cours sur la pose de coulisses Blum et Hettich s’il te plaît 😉

    Petite remarque… on m’a toujours appris d’éviter d’avoir 2 points d’appui sur une pièce lorsqu’on usine afin d’éviter tout accident. (Il est quasi impossible de régler une machine au dixième, ne serait-ce qu’avec les vibrations. C’est donc difficile d’être d’équerre à 100%). Je ne comprends pas pourquoi tu utilises le guide + la règle du chariot quand tu fais un tenon. Pour ma part, je n’aurai utilisé que le chariot. Un dixième sur le guide et tout peu vite s’envoler … on le voit bien à la scie à format lorsqu’on plaque une pièce sur le chariot et qu’on utilise le guide parallèle ??? Merci d’avance pour tes explications.

    Hâte de te retrouver pour la suite.
    Bonne soirée

    Mathieu

    1. Le mieux pour être capable de déterminer les sections d’un projet et de se tourner vers des choses existantes. C’est comme cela que j’ai appris. J’ai également appris qu’au départ on fait toujours des projets surdimensionné.

      1. Merci Samuel pour le tuyau.
        Question surdimension, je m’y connais. Qui peut le plus peut le moins mais je reste bien trop souvent dans l’excès.
        Je pensais qu’il existait quelques standards… MERCI !!!

    2. C’est aussi ce que j’ai appris ( il y a longtemps…). Je pense qu’il se sert du guide de toupie comme base de réglage pour les longueurs de tenon: maxi (40mm) contre le guide, puis cales (forêt de 10) pour tenon à 30mm. Cela évite de se baser sur le guide du chariot pour les réglages…

      1. PLB, merci pour tes explications. J’avais bien compris la technique de réglage ma seule crainte est la sécurité sur une machine qui n’est pas parfaitement réglée(, d’où ma question). Et nous en avons tous dans notre atelier 😉 . Bonne soirée et au plaisir. Mathieu

  59. Bonsoir Samuel,

    J’ai investi l’année dernière dans du matériels de qualité (scie sur table, scie à onglets, défonceuse, scie plongeante Festool). Ce qu’il me manque aujourd’hui c’est la technique et l’aisance pour maîtriser ces outils et réaliser de beaux assemblages de menuiserie traditionnelle.
    As tu prévu de proposer ta formation « fier de faire mes meubles 1 » au cours de l’année prochaine ? Auquel cas je serais ravi de postuler.

    En suivant tes vidéos et en lisant les commentaires, j’ai pris conscience des dangers inhérents à la pratique de la menuiserie. J’ai donc commencer à transformer mon établi pour me permettre de travailler plus en sécurité, notamment sur l’immobilisation des pièces de bois.
    A ce propos, aurais tu des pistes à partager pour des montages usinages destinés à la découpe de petites pièces sur la scie à onglets ?

    Merci encore pour cette formation gratuite,

    Antoine

    1. J’ouvrirai la formation sur les machines électro portative au printemps. C’est une excellent idée d’améliorer les capacités de serrage de nos établi c’est un point de sécurité indéniable

  60. Ca ne répond pas à ta question, mais j’aimerai comprendre comment inclure le nombre d’or dans mes réalisations ! Et c’est toi mon déclic (coeur coeur) !

    1. J’aime inclure dans mes réalisations des proportions harmonieuse, le rectangle d’or en fait partie. Par contre il ne faut pas chercher obligatoirement à respecter cette proportion scrupuleusement. Pour ma part je ne fais que m’en approcher

  61. Bonsoir Samuel

    Je n’ai pas de combiné mais les trois machine séparés (scie sur table, dégauchisseuse et toupie) que j’ai eu gratuitement d’occasion.
    Je me rend compte que ma peur de les utiliser à leur potentiel vient du fait qu’il me manque les accessoires de protection sur la dégauchisseuse et la toupie.
    Je vais voir très rapidement pour en trouver.

    Merci beaucoup pour ce cours
    Manu

    1. Tu peux également envisager d’en construire toi-même… Au final ce ne sont rien d’autres que des montages usinage

  62. Bonsoir Samuel, pour ma part il faut que je réaménage mon local pour avoir plus d’aisance dans mes réalisations.
    Merci pour tes vidéos et tes conseils.

  63. Bonjour Samuel,
    Merci pour ta vidéo qui répond à une problématique que je rencontrer avec mon ancienne combine ainsi qu’avec ma nouvelle B3 n’ayant pas fait le choix du guide multi réglage ( coûteux à force d’option ). Qu’elle position recommandes tu pour outil sur l’arbre?

    1. D’une manière générale on dit toujours qu’il faut mettre l’outil le plus bas possible sur l’arbre lorsque l’on utilise un montage d’usinage il faut parfois remonter l’outil sur l’arbre à cause des sur épaisseur de contreplaqué

  64. Ce qui me bloque : le manque de temps (difficilement améliorable) et l’organisation de l’atelier (pour ce point, les indications que tu donnes sont très pertinentes), et aussi la disponibilité du bois (de plus en plus compliquée).
    Et bravo pour tes vidéos, avec une pédagogie exceptionnelle ! J’aurais bien aimé t’avoir comme prof de math en terminale C !

  65. Salut Samuel, je m’appelle Simon j’ai 19 ans et je voulais savoir s’il existe un gabarit afin d’installé des ferre de dégauchisseuse/raboteuse car à cause de ça je ne l’utilise plus. Continue tes vidéos elle permette de complète ma formation merci beaucoup.

    1. Bonjour Simon,

      Le plus pratique est d’utiliser des positionneurs de fer magnétiques, quelque soit ta machine il existe certainement des positionneurs adaptés au diamètre de l’arbre de ta rabo-dégau. leur usage est des plus simple et tu peux régler tes lames à une hauteur parfaitement identique sans te soucier de leur hauteur.
      Tu dépose tes fers émoussés et les ressorts de poussée, tu nettoie bien l’emplacement des fers, tu repositionne les ressorts de poussée et la lame neuve et tu la maintien par un positionneur magnétique de chaque côté de manière à ce que la lame soit parfaitement en butée dans l’encoche du positionneur puis tu la bloque en position et tu répète l’opération sur chaque lame.
      Pour éviter tout balourd tu prendra soin d’affuter ou de faire affuter l’ensemble des lames d’un même lot à la même hauteur sans descendre en dessous de la côte mini indiquée par le fabricant de ta machine et de stocker tes lames dans un étui pour chaque lot (en les recouvrant d’un mince film d’huile anticorrosion ou de cire lors du stockage pour éviter qu’elles ne se piquent) afin d’éviter de monter des lames de différents lots sut ta machine.

  66. Bonsoir,
    J’ai déjà pris quelques engagements qui m’ont conduit à des réalisations, lesquelles m’incitent à aller plus loin, avec plus de sécurité, plus de précision, plus d’optimisation du temps consacré. A partir de là, parfois, je peux avoir besoin, ponctuellement, d’un conseil sur une question, sur une impasse dans laquelle je me trouve à un instant T, parfois c’est tout bête comme: quel serait par exemple le lot de base de sauterelles qu’il conviendrait d’acquérir pour se lancer dans des réalisations où la sécurité serait renforcée comme tu viens de nous y sensibiliser dans ton bonus 2 ? Des fois c’est plus compliqué comme: comment travailler efficacement sur des épures ? ou encore, en tant que débutant (et à titre personnel, évidemment c’est différent pour chacun) quelle répartition du temps faut-il que j’adopte entre instruction dans les bouquins, les sites vidéo etc.. et fabrication sur les machines ?
    La communauté des élèves à laquelle on peut accéder en souscrivant à ton cours est un sujet sur lequel je vais réfléchir attentivement.
    Cordialement
    Thierry

    1. Pour ma part j’ai toujours décidé de me former au cas par cas. Choisir une réalisation qui nécessite d’acquérir de nouvelles compétences de nouvelles techniques. Aller chercher les connaissances théoriques nécessaires et le plus vite possible mettre en pratique

  67. Bonjour Samuel merci pour tout ce savoir partager. Ce qui me bloc c’est comme beaucoup d’autres personnes je pense choisir son bois ,les essences à privilégier à d’autres et les défauts à éviter.

  68. Bonjour Samuel,
    Je ne connaissais pas ce genre de tenons mais j’essayerai et habituellement je les fait avec le dado, j’adore ta façon d’enseigner c’est toujours clair, merci pour cette formation gratuite ma toute première avec toi hâte à la prochaine.

    Susie

  69. Salut SAMUEL,

    Heu … il me faut juste du temps… pour digérer la somme d’informations contenues dans tes vidéos et bonus !
    J’en suis encore à me demander quel bout de bois je dois garder ( ou jeter) pour faire de la place dans mon capharnaüm d’atelier !
    Merci pour cette formation gratuite … peut être nous diras-tu bientôt comment s’inscrire à une de tes formations payantes. Car tout travail mérite salaire et mine de rien, ton organisation autour de la diffusion de ces vidéos … quel boulot !
    Merci à toi et toute ton équipe. J’attends la suite avec impatience et en attendant …je digère … »celui là, j’le garde…non, j’le jette …où alors j’le garde… »

    Fred

    1. Salut Fred tu m’as fait bien rigoler…
      Dimanche matin dans la quatrième vidéo je vous expliquerai comment rejoindre le programme complet je vous détaillerai également tout son contenu

  70. bonjour,
    il me manque la mortaiseuse… j’hésite encore entre la tenonneuse à fixer sur la combinée et un système à bédane indépendant
    merci pour dette vidéo super instructive et pour tous les conseils de sécurité …..j’aimerais bien voir la vidéo « bonus » pour comprendre la fabrication du support pour tenonner…mais je n’arrive pas à me connecter????

    1. correction, j’utilisais le lient sous la vidéo…je viens de voir qu’il y avait un lient en début de page…celui là fonctionne parfaitement .

    2. Si tu n’as pas de mortaiseuse, il est peut-être préférable de choisir une machine indépendante à bédane carré : bonne précision, et en plus les mortaises sont d’emblée équarries.
      Comme un « petit » modèle d’occasion se trouve pour une grosse centaine d’euros, c’est un meilleur choix que l’achat d’une mortaiseuse bout d’arbre.

  71. Bonjour,
    Il me manque des connaissances sur le bois ainsi que sur le comment procéder.
    Je voudrais savoir quel bois plutôt qu’un autre pour telle ou telle chose.
    Je ne sais jamais trop par où commencer et de quelle manière.
    Alors je fabrique…mais je bidouille pas mal et fais et refais des choses avant d’arriver à produire quelque chose.

  72. Déjà, je tiens à vous remercier monsieur Mamias pour ce contenu ultra enrichissant ! Vraiment, c’est super pédagogique, et vous nous apportez des solutions à des problèmes qui ne sont pas encore arrivés, c’est de l’anticipation de folie ! Un sacré gain de temps du coup, et d’économies aussi ! Pour ce qui est de ce qui me manque pour passer à des défis plus conséquents, c’est vraiment le peu de place disponible chez moi, malgré toutes les organisations possibles (la maison dans laquelle j’habite n’étant pas encore mienne, je ne peux pas faire de modifications, je loue pour le moment, mais j’aimerais me faire un atelier). Je dispose en place que de deux dépendances cote à cote, et c’est vraiment minuscule, je suis obligé de sortir mes machines pour pouvoir travailler, donc dehors… Mais ceci dit, une fois l’atelier fabriqué si la maison est mienne lorsque je pourrai l’acheter, je mettrai tout en oeuvre. J’aimerai bien vous montrer un plan de mes deux dépendances afin que vous puissiez vous rendre compte de l’impossibilité de la situation pour travailler de façon convenable. Encore merci à vous !

  73. Bonjour Samuel,
    J’ai découvert récemment, sur conseil d’un ami menuisier, un logiciel totalement gratuit pour concevoir des meubles à partir de caissons de toutes dimensions et ce quelque soit le matériau utilisé ( voici le lien internet vers ce logiciel https://www.blum.com/fr/fr/services/planning-construction-product-selection/cabinet-configurator/ ). Il y avait auparavant un plugin Sketchup nommé « caissons » qui existait chez BLB Bois mais son créateur l’a rendu payant comme tu l’as soulevé lors du dernier webinaire.
    En fait, c’est BLUM le fabricant de quincaillerie qui l’a créé et qui assure sa maintenance et son évolution.
    Il intègre absolument tout (la réalisation des meubles, la mise en place de la quincaillerie, la réalisation des tiroirs et autres séparations, les portes, et cerise sur le gâteau les plans de réalisation totalement côtés avec des tutos pour l’installation des ferrures et autres accessoires).
    Il est possible de transférer les créations vers SketchUp pour l’adaptation de la conception et de bénéficier ensuite des plugins et notamment de la fiche de débit réalisée avec OpenCutList créé par Boris BEAULANT de l’Air du Bois et qui est géniale.
    Personnellement j’ai créé tous les meubles bas de mon atelier (y compris mes 2 établis) en tri-plis Epicea de 19mm avec ce logiciel et je suis entrain de réaliser différents Dressings chez moi avec une facilité absolument déconcertante.
    Le petit revers de la médaille, c’est qu’il faut acheter du coup la quincaillerie, choisie dans le logiciel lors de la conception, chez BLUM pour être certain que tout fonctionne correctement et là encore je n’ai pas testé avec d’autres marques (mais ce n’est pas la plus mauvaise selon les échos d’amis agenceurs professionnels). Les abonnés au BOUVET et à BOIS peuvent bénéficier par ailleurs d’un compte chez FOUSSIER (c’est ce que j’ai personnellement fait) avec des remises importantes sur toute la quincaillerie y compris (mais pas que) celle de chez BLUM.
    Je voulais simplement partager cette information en toute simplicité avec chacun (et sans aucune forme de publicité pour telle ou telle marque car chacun est totalement libre bien entendu de faire et d’acheter comme il l’entend et où bon lui semble).
    Christophe

    1. Merci de l’info. Cela a l’air très intéressant. Tu as choisi quel type de panneau pour tes dressings ?

  74. Bonjour,
    Personnellement, 1 )Je suis en train de refaire le sol d’une dépendance pour en faire mon atelier 45m² (J’ai hâte) 2) Je recherche activement une machine (Je recherche une LUREM, LUREM 310 …)
    Mon envie est grand, pour le déclic j’attend mes 1ere réalisations pour me rendre compte que c’est possible.
    Pour le rangement et l’organisation de l’atelier je n’ai pas de doute, je travail dans l’industrie et je suis sensibilisé au 5S.
    Vivement la suite, je rattraperai le temps perdu dès que j’aurai la machine..

    1. Tu vas constater comme l’achat de notre première machine stationnaire fait basculer le bricoleur dans un autre monde

  75. Même si je ne suis pas prêt à franchir le pas (je ne fais que des cadres et mon électro-portatif sous table me suffit pour le moment), j’apprécie le coté « sécurité » mis en avant dans tes vidéos, que l’on à parfois tendance à oublier.
    J’ai beaucoup de mal à me connecter d’une part, et à lire les vidéos d’autre part vu la qualité de la liaison internet.
    Y a-t’il moyen de télécharger tes vidéos pour les héberger sur mon ordinateur et pouvoir les lire « confortablement » ?

    En te remerciant et en te félicitant.

  76. Bonjour Samuel,

    Pour répondre à la question de la deuxième vidéo et bien c’est acquisition d’outil de toupie qui va me bloquer et le bon choix dans ces outils que je connais très peu. Un élément également bloquant c’est la remise en état de l’éléments de protection. J’ai une Robland, comme vous mais le modèle 26 et je ne trouve pas de pont de protection adaptable. Je dois également remettre en état ou acheter une protection de toupie….ma combiné n’est donc pas tout à fait prête,

    Merci pour tous vos conseils qui vont me faire progresser et surtout me lancer plus facilement,

    à bientôt,

    Martial

    1. Il y a deux pistes la première est d’essayer de fabriquer soi-même des protections et la seconde essaye de contacter Robland en Belgique pour avoir des pièces détachées

  77. bonjour merci c est un plaisir d écouter je me compliquai la vie avec ce tenon merci j ai la solution maintenant. j ai la même machine robland 310 x que vous j ai un problème avec mon chariot de toupie il n est pas a la même hauteur alors j utilise une plaque de bois comment je pourrai le mettre a la même hauteur . bonne journée

    1. Sur toutes les machines le chariot doit être légèrement plus haut que les tables environ 1/10. Sur cette machine c’est tout le rail qu’il faut monter pour être capable de régler sa hauteur. pour ma part je desserre légèrement les quatre écrous qui le tienne sur le châssis mécano soudé et je tapote avec un Maillet en caoutchouc pour modifier les réglages.

  78. merci pour ces explications et la démonstration , elles sont d’une grande clarté , ne possédant pas de toupie , je me demande comment faire ! est ‘il possible d’utiliser une défonceuse ?

  79. Si YouTube avait existé il y a 55 ans lors de mes premiers pas de « bricoleur » avec des vidéos de cette qualité j’aurais gagné du temps et économisé quelques grossièretés ! De même pour les réglages de ma toupie (il y a 30 ans seulement !) j’aurais évité bien des erreurs. Mais me serais-je fais la même expérience ? Aujourd’hui, grâce à vous j’apprends encore. Merci

  80. bonjour,
    moi qui pensait qu’il fallait des machines de pros pour être précis !
    J’ai la même machine que toi.
    Je vais appliquer tes conseils pour le guide parallèle, jusqu’à maintenant je le faisais dépasser largement la lame. Merci pour ça déjà !
    Super le montage pour déligner, ce sera mon prochain bricolage.
    La toupie me fait un peu peur, avec tes conseils je vais essayer de l’amadouer !!

    Sur cette machine, j’ai du mal à régler l’équerrage du guide sur le chariot de la scie. Faut contrôler à chaque fois : un conseil, une astuce ?

    Merci pour tout, je me régale

  81. Salut a toi samuel et je tiens a te remercier pour tes cours. Je vais pouvoir enfin franchir le pas et investir dans une machone stationnaire. J’aimerai savoir le modele de ta machine stationnaire dont tu te sers sur ces videos. Et encore une fois merci a toi

  82. Bonjour Samuel, bonjour à tous
    Dans le bonus 2, cette idée que deux des trois dimensions doivent être liées est claire quand tu l’exposes et l’utilises mais je la trouve arbitraire et difficile à assimiler, à manipuler seul hors de ta vidéo.
    Si d’autre que moi sont dans ce cas, je crois qu’elle est remplaçable par l’idée qu’il ne faut qu’un seul bloc mobile quand on travaille, pour n’avoir les yeux et les mains que sur un seul solide mobile. Donc deux des trois dimensions doivent être fixes. Sur machine stationnaire, l’outil est fixe et le bois se déplace. Pour ramener à 1 le nombre de solides en mouvement, il faut donc soit fixer l’outillage sur la machine, soit solidariser l’outillage au bois.
    Ce n’est qu’une proposition de reformulation proche du pinaillage mais qui m’a aidé à comprendre, même si encore une fois quand tu le mets en oeuvre dans la vidéo c’est très clair.

  83. Bonjour Samuel,
    Pour le moment le gros déclic c’est d’avoir un combiné bois. Je t’avouerais qu’aujourd’hui si je me suis inscrit a ce cours c’est avant tout pour voir exactement de quoi j’aurais besoin réellement dans mon garage/atelier de 15m². voir photo du bazar a réorganiser dans l’air du bois atelier l’antre du lion (sans prétention c’est que j’habite au lion d’angers, bref…). Dans un premier temps je sais qu’il faut que je réorganise mon atelier, actuellement en travail d’hiver je me fais un établi moins large et plus adapté à mon futur atelier que la double palette sur roulette sur laquelle je travaille actuellement. Ensuite j’ai un petit bout de place dans un autre coin de la maison que je suis en train d’aménager qui me permettra de stocker tous les trucs non boiseux sac de ciment/platre reste de placo/rail / carrelage…etc qui me prenne de la place. De plus j’ai décidé de virer toutes les machines médiocres et imprécises de l’atelier que j’ai, pour limiter le nombre a des machines de qualité uniquement même si j’en ai moins. Car je préfère être limité par mes capacités à utiliser a 100% une machine plutôt que d’être frustré par la machine car pas assez précise/puissante/ou pas adaptée.
    Il y aussi le déclic de convaincre ma femme que c’est un bon investissement d’avoir une machine à bois.
    On a encore pas mal de chose a faire dans la maison (niveau ameublement : bibliothèque, tête de lit, aménagement des chambres des enfants qui sont tout jeunes).
    Etc
    Voilà un peu pour la réponse un peu longue

  84. Bonjour Samuel,

    Merci pour la vidéo, très instructive et pédagogique. Lorsque l’on te voit travailler, tout semble tellement simple :). Ce qui me manque encore pour démarrer c’est le réglage des différents éléments de la machine…Par example:
    – On te voit mettre à longueur les traverses avec le scie sur table, mais comment régler la règle pour être certain d’être à 90° ?
    – Comment régler les fers de la dégauchisseuse pour être aligner sur la table de sortie ?

    Merci encore pour les vidéos, vraiment excellent.

    Didier

    1. Bonjour Didier , Samuel réponds justement à ce type de questions et des dizaines d’autres pour toutes les machines stationnaires dans sa formation complète

  85. Je brade un rabot-dégaut Kity de 200 et un autre de 250, par manque de place, je suis dans le 57.

  86. Je n’arrive pas à visionner la vidéo bonus 2, je tombe sur la page de la porte de l’atelier fermée ?

  87. Les explications sont très claires il suffit de faire être précis au traçage et faire des copeaux.

  88. Comment ne pas s’inscrire à ton cours après de telles vidéos claires, complètes. En plus avec le forum nous pouvons avoir les idées, conseils et autres de tous les boiseux amateurs (ou pas d’ailleurs…) Merci SAMUEL

  89. Bonsoir Samuel,
    Encore un grand merci pour cette excellente 2ème vidéo et toutes ces connaissances partagées.
    En attendant que le père Noël veuille bien m’équiper d’une dégau/rabot qui rejoindra ma scie sous table et ma défonceuse (bientôt montée sous table aussi mais adaptée « maison ») avant de courrir à la scierie choisir mes bois.

    Mais justement Samuel, quelles essences privilégier selon le meuble ou l’objet que l’on souhaite fabriquer et leurs tarifs ?
    Chêne, frêne, pin, Douglas, hêtre, c’est à s’y perdre et pourtant je suis sur que tu y accordes une grande importance pendant la phase de conception ???

    Merci par avance.

    1. C’est une histoire de goût, j’aime le chaîne et le frêne et les feuillu en général , je ne suis pas fan du travail des résineux …

  90. Bonjour Samuel et à vous tous,
    Cette vidéo est encore une mine d informations et tellement bien expliquée.
    Aux risques de me répéter, j ai la grande chance d avoir la même machine et donc ce qui me manque vraiment pour me lancer sur la troupe c’est surtout quel fer utilisé pour chacune des différentes opérations. Voilà sûrement que quelqu’un pourra me guider à l avenir.

    1. Samuel donne toutes ses informations dans la formation complete qui s’ouvre à la fin de ce cours gratuit le 28 nov.

  91. Bonsoir Samuel.
    Un grand merci pour tout ce que tu fais. C’est vraiment pédagogique et très compréhensible .
    Pour ma part il me manquerais une mortaiseuse et une toupie afin d’être précis et plus rapide. Je pourrais faire ces usinages sur ma defonceuse sous table dans un premier temps. Je pense qu’il faut se prendre la main avec Sketchup afin d’acquérir de l’expérience et qui permettra de gagner du temps à l’atelier.
    Je remarque que les machines stationnaires d’un certain âge sont encore très appréciées car robustes et précises et fiables. De nos jours on trouve pleins de machines « légères  » en tôles pliées provenant d’Asie qui peuvent faire regretter l’investissement en neuf. Je pense qu’il ne faut pas foncer tête baissée pour acheter une machine et regarder autour de soi afin d’acquérir une bonne occasion.
    Je suis impatient de suivre la suite des cours qui nous éclaireront encore plus nos lanternes j’en suis persuadé.
    Merci encore
    Nicolas

  92. Bonjour, pour ma part j’ai la chance d’avoir des horaires de travail qui me permettent de dégager du temps pour le travail du bois. J’installe tout doucement mon atelier (il y a encore du boulot mais ça avance) avec peut de place mais c’est jouable. Je m’équipe tout doucement et c’est là que ça se complique pour moi car n’ayant pas un large budget il est difficile d’allier ce paramètre avec un minimum de qualité (que ce soit sur du neuf ou de l’occasion). Difficile de trouver les bons compromis et les bonnes informations auprès des vendeurs. Je sais qu’il faut se donner le temps mais ça reste frustrant d’avoir pleins de projets et de se sentir limité a du bricolage même si ça reste un plaisir et un jeu. Merci à tous pour ces partages.

  93. Bonsoir et merci pour ce contenu hautement pédagogique.
    Comme beaucoup, c’est un peu de temps qu’il me manque.
    J’ai cependant j’ai dégagé du temps afin de scrupuleusement suivre les conseils proposés pour m’aider à aménager mon atelier.
    N’ayant pas encore l’opportunité de m’offrir un vrai combiné, j’ai entrepris de monter ma scie ainsi que ma défonceuse sous table (la rabo/dégau, bien que modeste, étant séparée) ce weekend afin de pouvoir commencer sérieusement à mettre en application tes précieux conseils en commençant par des montages/usinages adaptés.
    Sylvio.

  94. Salut Samuel,

    Merci pour tes vidéos, ça me « nourrit » d’information!
    Ce qui me manque pour le moment est assez commun à beaucoup d’amateur: c’est une machine à combiné.
    Je suis en électro-portatif de « touriste » qui est bien pour de la bricole mais dur d’avoir de la précision. J’ai une scie sur table, une autre à onglet, et une rabo/degaux « mainstream ».  Mes seules machines de qualité sont ma défonceuse et la scie portative de même marque (Bosh),  ayant une vraie contrainte pour acquérir un combiné c’est que je suis dans un sous sol accessible qu’en escalier, j’ai du mal à voir comment descendre une machine de /-300kg!
    Donc dans un premier temps mon vrai challenge c’est d’arriver à faire des meubles avec un matériel « léger », j’ai suivis pas mal de tes vidéos et d’autres personnes avec des présentations de montage d’usinage qui peuvent assister à faire bien des choses avec du portatif, et c’est là dessus que je pense avancer pour le moment 😉

  95. Bonjour à tous,
    Pour ma part (et je ne suis surement pas le seul ici), je me suis déjà lancé. Je cherche ici des bonnes pratiques qui me feront gagner du temps, et des éclairages qui me permettront de pousser plus loin mes réflexions.
    Par exemple, il m’arrive de finir 40′ d’usinage à m’énerver sur ma scie, avant de remarquer que je passe depuis ces 40′ devant ma défonceuse pour aller de la scie à l’établi et inversement et de me rendre compte que j’aurais eu un meilleur résultat en bien moins de temps avec la défonçeuse. Bref, j’ai une reflexion quant au phasage des opérations mais on ne peut pas dire qu’elle soit top ^^ Pour l’instant, elle se borne à : est-ce que j’aurai toujours assez de surface(s) d’appui pour finir le boulot ?
    Mais ne vous inquiétez pas, je sens déjà que je progresse 🙂
    L’idée que le problème qui se pose à moi (fonctionnel ou sécurité) sera peut-être résolu par le bon outillage (les fameuses 3′ de bricolage), ça aussi il faut que je le travaille.

  96. En attenant mes fers affutés, je rame un peu sur Sketchup pour dessiner mon bar… nul doute que je trouverai les solutions 😉
    Merci pour cette seconde vidéo où l’on entre dans le vif du sujet.

  97. Bonsoir,
    Merci pour cette vidéo. Encore une fois très instructive et inspirante. Pour ma part, ayant plusieurs réalisations défi sur le feu c’est plutôt le temps qui me manque. Toutefois, si je dois me concentrer sur le travail du bois je me pose pas mal de questions sur les couples de serrage à appliquer aux outils avant de les mettre en route (fer de porte outil, vis d’arbre, etc). Idem pour les vitesses de rotation …

  98. Merci pour donner cette envie de réaliser. Je vais hâter l’aménagement de l’atelier et lancer le processus d’achat d’une combiné. Toujours en activité professionnelle, c’est le temps qui manque. Une jolie perspective por la retraite proche. Bravo pour la pédagogie. Je vais suivre avec plaisir les autres cours et continuer à prendre des notes.

  99. Bonjour Samuel , je n’ai pas de toupie mais juste une défonceuse sous table et une défonceuse en électroportatif , j’ai aussi une scie sous table.
    Penses tu que j’ai les moyens de le faire en toute sécurité ?
    En tout cas j’ai très envi d’essayer ce week-end.

  100. Bravo Samuel super vidéo !

    J’ai débuté mes premiers projets sur la lurem C260E que m’a laissé mon père, je m’y suis interessé trop tard
    malheureusement pour qu’il puisse m’apprendre les bases. J’apprends donc tout seul en ligne et je pratique avec la plus grande prudence, (étant également amateur de musique et d’escalade je tiens énormément à mes doigts ^^°).

    Je me suis ensuite rendu compte que la machine a été finalement peu utilisée et peu entretenue, les fers abimés, et l’entrainement de la raboteuse qui a fini par céder. Je l’ai donc laissée pour de l’electro portatif quelque temps.

    Je me suis remotivé récemment en buchant les plans, et en démontant progressivement la machine, commandé et refait faire des pièces. Faire ça me permet de comprendre et démystifier l’outil et de gagner en confiance. J’ai vraiment hâte de la remettre en marche et de m’approprier tous les gabarits et accessoires de mise en sécurité!

    Merci pour tout !

  101. Bonsoir,
    Ce qui manque aujourd’hui c’est la machine. Même si avec celles possédées c’est réalisable (défonceuse pour les mortaises, scie sous table pour les tenons), ce serai au détriment de la précision et de la sécurité, sans compter le temps a construire des gabarits.

  102. Bonsoir Samuel,

    Tout d’abord, effectivement, on est plus sur youtube et cette video a une toute autre dimension. Structure, explications de la méthode, comment régler, se protéger etc.. mais j’aurais bien voulu avoir l’explication de la petite erreur élégamment cachée sur la première feuillure. Peut être dans le bonus? (J’y vais ensuite 😉 ), Délimitation du domaine gratuit de ton partage?, il faut bien une limite. Peut m’importe de toute façon j’ai déjà beaucoup appris sur la sérialisation des opérations et rien que pour ça, Merci!

    On voit vraiment l’avantage d’un combiné ne serait-ce que pour le réglage du guide de la toupie grâce au chariot commun avec la scie, tellement simple..
    Là je me sens comme un curieux rentré dans une vraie formation, regardant un vrai formateur. Je suis encore un rêveur, mais un rêveur pris d’envie..

    A
    Thomas

  103. Bonjour et merci.
    J’ai un vieux combiné Kity, la toupie ne semble pas prévue pour recevoir les fraises à tenonner.
    Dans le stock que j’ai récupéré de mon père, ce qui semble adapté est une lame type lame de scie circulaire mais de 10 mm d’épaisseur et de petit diamètre.
    S’il y a des utilisateurs de Kity je suis preneur d’infos.

    1. Bonjour Yves,
      Mon K5 n’a carrément pas le module toupie, mais tant pis (et pas l’inverse). Les tenons se feront à la défonceuse ; et le changement de machine n’empêche pas d’utiliser une bonne partie des avis de Samuel : travail par retournement, peaufiner l’installation type ‘berceau’ de la pièce à usiner, des cales pour conserver les décalages qui doivent l’être etc.
      Bons copeaux 🙂

  104. Bonsoir, comme beaucoup il me manque surtout un atelier, une zone de travail qui ne peut être chez moi. Je suis sur le sujet. je ne peux me lancer sereinement dans le travail du bois sur une terrasse. Mais ceci n’empêche en rien de faire du théorique et d’imaginer mon installation et mes projets futurs. Mais j’ai hâte c’est bientôt Noël 🙂

  105. Bonjour,
    Il me manque un bon coup de rangement, remettre les outils à leur bonne place et séparer la mécanique de la menuiserie. Sécuriser mon combiné (il lui manque des carters) et lui installer l’aspirateur (encore des carters à fabriquer)!

    1. Vous avez raisons de ne pas négliger ces accessoires de securité, cela libère une parti du stress

  106. Bonsoir, si je devais espérer un déclic pour me sentir en phase avec mes aspirations d’avoir un coin atelier de menuiserie dans ma vie ce serait probablement le voeux de « transmettre » ce que fait Papy à mes 4 petits enfants (hors je ne les connais pas et c’est là le drame). Je vais de toute manière poursuivre l’idée de faire de beaux copeaux, et sentir du bout des doigts ce qui peut en ressortir de l’aspect d’un meuble fait de soi-même. Merci en tous cas pour me donner cette opportunité de voir concrètement de quoi cela pourrait être possible. Paul

    1. Bonjour Gérard,
      Si peux me permettre de répondre : n’importe quoi, qui se voit et sert au quotidien dans l’idéal (genre rack à épices pour le plan de travail de la cuisine ou meuble à chaussures sommaire).
      Je crois que le premier meuble que l’on fait de ses mains est un peu moche, et on n’en est pas moins fier pour autant. Pour moi, c’est une étape imposée qui comprend le renoncement à la perfection (surtout du premier coup) et je sais qu’avant d’avoir débloqué ça j’ai passé beaucoup de temps à faire des plans … j’aurais dû faire des copeaux.
      La première réalisation dont j’ai accouché était un banc pour ma compagne, laid malgré tous mes efforts mais remplissant son office. Aujourd’hui c’est le quatrième que je lui fais pour remplacer les précédents, chaque fois plus élégants. Les trois premiers, dont j’étais pourtant fier, sont passés dans ma caisse à chutes.

  107. Bonsoir Samuel,
    Transformer mon atelier/garage pour accueillir une dégau/rabot et une scie toupie ou alors un combiné. J’espère pouvoir le faire courant 2022. Pour l’instant je me contente de mon électroportatif avec lequel j’arrive à me débrouiller.

  108. Bonjour, j’ai acheter depuis peu une Robland x31 et j’étais un peu au désespoir de constater qu’elle manquait de précision. J’ai réussi quand même à réaligner la table de sortie de la dégauchisseuse et quelques autres réglage un peu plus basique à vérifier forcément, comme mettre la lame du circulaire bien d’équerre etc. Mais avec le système de montage-usinage qui coulisse sur la rainure et le système de serre-joint. J’ai eu l’illumination qui me fait prendre conscience que je vais pouvoir avoir la précision qui me manquait et la créer moi même grâce à tes vidéos. C’était ça le déclic qui me manquait, la précision! Un tout grand merci Samuel

  109. Il me manque des machines en bon état. J’ai une vieille Kity sur table, avec des outils mal affutés, une mortaiseuse à remettre en état, des courroies en mauvais état, dans un garage encombré, donc peu de place pour circuler.
    J’ai un tour à bois qui fonctionne bien avec des outils affutés et je m’éclate à faire des objets tournés, tournage segmenté, et tournage décentré.
    Après avoir vu ton aménagement d’atelier, je vais remettre en état mon garage et mes machines. Tu m’as redonné le goût de refaire des meubles, merci pour tes vidéos.

  110. Merci encore Samuel pour ce cours très instructif .
    Comme beaucoup je n’ai pas encore la machine et l’atelier organisé selon tes préconisations ,

    Et la plus difficile sera  » La première fois » !! c’est souvent celle là que l’on redoute 🙂
    Bien sentir ce qui se passe lors de l’usinage et comprendre que quelques chose ne va pas .

    Regarder régulièrement tes vidéos pour bien se mettre la check liste en tête et les bons gestes .

    Nous sommes beaucoup à nous lancer et on ne doit pas bruler les étapes , ça prendra du temps mais toutes ces étapes ne sont que du bonheur 🙂

  111. Bonjour Samuel . Quel bonheur de te voir faire. Tout est très bien détaillé. La sécurité comme les méthodes de travail sont claires. Je me sent de plus en plus à l’aise avec les machines. Des poussoirs adaptés ou des supports pour améliorer les possibilités de la machine , rien de mieux pour avancer . Vivement la suite .

  112. Bonsoir Samuel, je ne possède pour l’instant pas ce type de machine, le déclic va consister à « budgter » une acquisition, je possède uniquement du « portatif » type scie table, défonçeuse, circulaire radiale et classique, sauteuse, perceuse à colonne pour ce qui touche au bois… Je vais malgré tout suivre les cours avec grande attention en attendant de pouvoir sauter le pas car ils sont passionnants et donne vraiment « envie » …. Merci du partage et de la passion que tu y mets

    1. Lorsque l’on fait l’acquisition de machine stationnaire il est important de les considérer comme un investissement, avec la ferme intention de les rentabiliser avec quelques beau projet

  113. pour ma part c’est que les éléments de sécurité sur ma vieille Lurem C36 de mathusalem sont limités. Notamment pour le sciage et la toupie. j’aimerais les améliorer mais je n’ai pas de pistes de travail. je suis preneur. J’étudie aussi pour trouver un système qui me permette de la rendre mobile. mon atelier fait 7mètres sur 4 et parfois je suis gêné aux entournures. J’aime bien travailler le vieux bois et souvent je me retrouve avec des pièces de fortes tailles. je refais des planchers à partir de très vieilles planches (dégauchir, rainurer) de 4mètres avec des largeurs allant jusqu’à 45 cm.

  114. Bonsoir Samuel,
    Dans mon cas c’est l’atelier qui n’est pas prêt et les machines Felder 531 qui ne sont pas arrivées encore.
    Car celles que j’ai ne sont plus précise ni sécuritaire ( ROBLAND model K26 en 2 partie scie/toupie et rabau/dégau de 1989 .
    Donc mon cas ça sera au alentour de mai 2022 . Sinon de très bon conseils merci

  115. Hello Samuel
    Bravo pour vos explications notamment concernant le toupillage.
    Mon problème reste celui de la sécurité car j’ai un chariot de tenonnage fourni par Felder qui est en alu et son montage me pose question. Il faut que je me concentre sur ce point essentiel de maintien de la pièce pendant son usinage.
    Par ailleurs, je n’ai pas bien vu dans votre présentation la problématique du pare éclat de sortie. Pouvez vous en reparler svp ?
    Je prends conscience petit à petit qu’il faut que je me lance en pratique et votre aide est essentielle.
    Merci donc pour vos bons conseils.
    Christophe

    1. Oser est une problématique récurrente, quand le cadre de la sécurité est là il faut se lancer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.